X-ODUS: Rise of The Corruption

C’est toujours un plaisir d’assister à la naissance d’un projet et de voir l’engouement qu’il peut causer. L’aventure du Kickstarter est toujours un grand challenge. A peine en ligne le projet a atteint sa demande. Nous avons posé quelques questions aux auteurs belges de X-odus: Rise of the Corruption : Romain Lesiuk et Yann Hilaire.

Bonjour, pourriez-vous vous présenter en quelques mots et surtout nous dire comment vous en êtes venus à vous lancer dans cette aventure qui vous a déjà pris deux ans de votre vie?

Bonjour Jolan !

(romain)

Yann et moi bossons ensemble depuis plus d’une décennie ! On a collaboré sur des projets professionnels divers, et avons même géré une société d’audiovisuel tous les deux. On a toujours été compatibles dans notre façon de créer et de travailler, et cela faisait quelques années qu’on cherchait un nouveau moyen de s’éclater ensemble.

(yann)

Au hasard d’une soirée jeu de société chez Romain, on s’est posé la question fatidique : et si on en faisait un ? C’était aussi simple que ça ! Nos compétences respectives se complètent très bien pour un projet comme celui-ci, c’était le combo parfait. La première année était assez douce, le jeu tenait plus du hobby qu’autre chose. Et puis, on a pris goût à l’expérience, ce qui a mené à la deuxième question fatidique : et si on lançait un Kickstarter ?

(romain)

On ne réalisait pas tout ce que ça allait représenter comme travail ! Mais ça nous a aussi forcés à élever notre niveau, et à essayer de produire un jeu que nous aurions nous-mêmes envie d’acheter dans le commerce. Cela nous aura pris une année et demie de plus pour en arriver à un point où on se sentait prêts à affronter le public.

Romain tu es déjà l’auteur d’un roman, est-ce qu’écrire l’histoire d’un jeu est le même processus que l’écriture d’un roman? On sent des références de série télévision (je pense en première lecture à Battlestar Galactica) y en a-t-il d’autres? Est-ce que c’est voulu ou inconscient?

(romain)

En effet, Réalité Fracturée, dans lequel il y a aussi des Rifts ! Tout un symbole !

C’est vrai qu’il y a des similitudes assez fortes dans le processus, ou du moins j’ai cherché à émuler dans le jeu ce que j’aime faire dans l’écriture : créer des mondes, explorer l’imagination et partir dans des aventures impossibles. Le thème de la science-fiction, ainsi que la présence d’une « histoire » dans le jeu découlent de cette volonté. Bien sûr, je me suis amusé à revisiter toutes les influences qui me passionnent, plus toutes celles de Yann (qui sont bien souvent les mêmes).

Parce que le jeu de société est si immersif, c’est un excellent moyen de visiter des univers familiers, et de s’inscrire dans la continuité de toutes les œuvres créées par le passé. Vous pouvez facilement retrouver dans X-ODUS des références au cinéma (Star Wars, Interstellar, Event Horizon), à la télévision (Star Trek, Stargate, Battlestar Galactica), au jeu vidéo (FTL, Mass Effect) et au roman (2001, Hyperion, Dune).

Le jeu est avant tout une lettre d’amour à toutes ces œuvres qui nous ont fait vibrer et un moyen pour nous de nous évader dans ces mondes que nous adorons !

Yann, tu es chargé de l’aspect visuel, ça doit-être difficile de se démarquer de tout ce qui existe déjà, est-ce que ce fut un exercice de longue maturation ou tout a été clair pour toi (pour vous) tout de suite ?

(Yann)

Je n’irais pas jusqu’à dire clair !

Le jeu a évolué constamment au cours de ces deux dernières années. Je n’avais pas nécessairement une idée arrêtée dès le départ, en revanche j’avais une philosophie de design en tête. Je voulais créer quelque chose de moderne et de minimaliste. On parlait de références à d’autres médias pour l’histoire, mais c’était aussi le cas pour le design. Le but était de s’écarter des concepts visuels parfois un peu trop marqués des jeux de société, et au contraire d’incorporer quelque chose de différent, en s’inspirant du jeu vidéo notamment.

Le vrai déclic s’est fait lors du passage à la vue « première personne » depuis le cockpit, avec un design d’ATH (affichage tête haute) en réalité augmentée pour les cartes explorations, ce qui a ensuite débloqué tout le reste. À partir de là, tous les éléments du jeu devaient répondre à la question : que vois-je depuis mon vaisseau ? C’est ce processus mental qui a permis d’arrêter un design final et de créer un tout visuellement cohérent.

L’autre enjeu était de réussir à mettre ce design au service des joueurs, avec une iconographie claire et efficace, qui permettait de gagner en clarté plutôt que l’inverse. Je pense avoir trouvé un compromis satisfaisant entre style et fonction, et que le résultat proposé est au minimum différent de ce qu’on peut voir par ailleurs dans les autres jeux.

Mais bien sûr, tout n’est qu’histoire de goûts !

Et pour la suite, vu que le projet est déjà une réussite, avez-vous prévu des extensions ou de faire tout à fait autre chose ?

(romain)

De dormir pendant un mois !

(yann)

Environ, oui !

Plus sérieusement, nous avons deux projets parallèles pour Bored Game Ink.

Le premier est de trouver un distributeur pour le jeu et de le commercialiser par des réseaux « normaux » (nous avons déjà des pistes), afin de toucher un public plus large. À ce moment-là, selon l’accueil public, cela ouvrira la porte à une possible extension. On y travaille en tout cas, juste au cas où !

(romain)

Le deuxième projet est bien entendu de développer de nouveaux jeux. On adore tous les styles, du thématique au stratégique en passant par le casual et même les jeux pour les enfants, et on a envie de relever de nouveaux défis et de continuer à essayer d’innover. Mais tout ça dépendra bien entendu du succès d’X-ODUS.

Dans tous les cas, ce qui est sûr, c’est qu’on n’est pas prêts d’arrêter de jouer !

Le lien vers le KS jusqu’au 10 juillet 2019

L’image contient peut-être : texte
Publicités
Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Charte durant les parties de Jeu de rôle à Trolls & Légendes

Charte Respect & Tolérance

Nous avons reproduit, avec leur accord, la charte qui est en cours lors de la convention suisse Orc’Idée. Nous les remercions donc ici pour leur gentillesse à notre égard. Sachez aussi que la présidente d’Orc’Idée nous fait la joie d’être parmi nous. Si vous avez envie de débattre aimablement sur le sujet n’hésitez pas à nous rencontrer durant le salon.

Le Festival et sa convention de jeux est ouverte à tou·te·s sans distinction de genre, de nationalité, d’orientation sexuelle, de croyance et de planète d’origine. Elle encourage la pratique du jeu dans un environnement respectueux des sensibilités de chacun·e. Et pour garantir cet environnement respectueux, voici quelques points que l’organisation tient à mettre en avant :

Conseils aux MJs

  • La convention est ouverte à tous, homme, femme, non-alignés ; chrétiens, athées, jedis ; humains, orcs, elfes ; etc. (On en oublie mais vous ferez mieux que nous.)  Prévoyez donc vos prétirés en conséquence.
  • Si certaines thématiques de votre scénario et/ou de votre jeu peuvent ne pas convenir à tou·te·s, pensez à le signaler dans le descriptif de votre partie. Cela permettra aux joueur·se·s de faire leur choix en connaissance de cause.
  • N’hésitez pas à commencer votre partie par un tour de table pour identifier les sujets sensibles.
  • Proposez l’utilisation d’une X-Card ou de tout autre outil de sécurité émotionnelle pendant la partie. (Plus d’infos sur la X-Card [voir plus bas])
  • Certains univers supposent par leur background une certaine tolérance pour les propos racistes ou sexistes. De plus, certains joueur·se·s peuvent désirer créer des personnages racistes, sexistes, violents verbalement, etc. Cela n’est pas un problème, évidemment. Mais n’ayez pas peur de fixer une limite au début de la partie si cela s’avère nécessaire. Ce sont les personnages qui sont racistes/sexistes, et ces comportements ne sont tolérés que pour eux. Jouer à un jeu où la société déprécie les femmes/les noirs/les klingons n’est pas une raison pour les déprécier en dehors du récit.

Conseils à tout le monde

  • L’humour est personnel. Ce que vous trouvez drôle peut heurter les sentiments d’un·e autre joueur·se. Faites preuve de sensibilité. Nous sommes là pour rire ensemble et non pas aux dépends d’un·e seul·e.
  • La convention peut sembler le lieu idéal pour faire des rencontres. Pas de problème, évidemment. Mais rappelez-vous que la drague se pratique à deux. Non=non. Il n’y a que dans les films qu’un non=peut-être.

Et si ça dérape quand même ?

  • Vous êtes victime d’un comportement inapproprié ? Parlez-en directement à la personne concernée ! Souvent, il est difficile de se rendre compte de la portée de ses actes et paroles.
  • En discuter avec la personne concernée ne suffit pas, ou vous n’êtes pas certain·e d’être en état de le faire? Cherchez un·e médiateur·rice. Les autres participant·e·s (MJ ou pas) peuvent le faire et, surtout, les orgas sous le D20 est là pour ça.
  • Vous êtes témoin d’un comportement inapproprié ? Ne restez pas les bras croisés et interrompez l’échange ! Il est possible que les deux parties soient consentantes (ça arrive avec les gens qui se donnent à fond dans le roleplay, et dans ce cas vous pourrez toujours prétendre être vous aussi à fond dans votre rôle de Paladin) mais il est également possible que vous veniez ainsi au secours de la victime et que sa reconnaissance vous apporte un bonus de chance pour vos prochains jets. Si vous n’osez pas intervenir, vous pouvez aussi contacter les bénévoles du salon en tant que témoin.

X-Card

Qu’est-ce que c’est ?

La X-Card est un outil créé par John Stavropoulos pour permettre à un·e participant·e au jeu d’enlever un élément qui lui pose problème. Cet outil est un joker pour le cas où l’improvisation inhérente au jeu de rôle emmènerait la partie dans une direction mettant mal à l’aise un·e joueur·se (puisque le but reste toujours que tout le monde se fasse plaisir d’un bout à l’autre de la partie).

Comment ça marche ?

Les raisons d’employer la X-Card sont multiples et toujours bonnes. Voici quelques exemples :

  • Les parents de Pierre sont fraîchement séparés suite à une aventure extra-conjugale peu discrète. Lorsque le·la MJ annonce qu’un PNJ est surpris en flagrant délit d’adultère, cela rappelle à Pierre sa situation familiale délicate. Il brandit la X-Card pour ne pas cesser de s’amuser.
  • La soeur de Fatima vient de faire son coming-out. En début de partie, un·e joueur·euse annonce qu’il·elle compte faire de son personnage une caricature d’homophobe intolérant, mais Fatima saisit la X-Card car elle ne se sent pas prête à rire de cela.
  • Xurgl est pathologiquement arachnophobe. Quand le groupe de PJs entre dans une cave infestée d’araignées géantes et que la·le MJ présente à la table une illustration plus vraie que nature des créatures en question, Xurgl pose sa tentacule sur la X-Card pour s’éviter une crise d’hyperventilation.

À noter que si nos exemples vous offrent un contexte, cela ne signifie aucunement qu’il est nécessaire de justifier l’utilisation de la X-Card. Vous pouvez le faire, mais vous pouvez aussi simplement dire « ne parlons pas de [ce sujet] » en invoquant la X-Card et compter sur le savoir-vivre du reste de la table pour passer à autre chose.

Est-ce bien nécessaire ?

Sans aucun doute, et ce même si la X-Card passera toute la partie sur la table sans servir. Sa seule présence est un rappel que nous sommes entre êtres civilisés et pouvons compter sur la compréhension des autres, et ce quel que soit le nombre d’appendices de nos partenaires de jeu.

Notons de plus que la X-Card est particulièrement utile en convention, car on va se retrouver à jouer avec des inconnu·e·s et que des problèmes qui ne surviennent pas avec notre équipe habituelle peuvent se manifester. Prenons pour cela l’exemple d’Alex qui boîte et a de méchants flashbacks suite à un accident de la route. Sa table habituelle, ayant joué une partie de la campagne dans sa chambre d’hôpital, le sait et ne parle tacitement jamais de tels accidents. Mais si Alex s’inscrit à une partie à Trolls & Légendes avec des inconnu.e.s, les joueur·se·s et le·la MJ ne peuvent pas le savoir et la X-Card servira peut-être à Alex.

Comment l’introduire à la table ?

Il est recommandé aux MJs de présenter la X-Card en début de partie. Si le·la MJ ne le fait pas et qu’un·e joueur·se propose de l’utiliser, cela ne change ni l’utilité ni l’utilisation de la X-Card et prouve simplement que les MJs ne peuvent pas toujours penser à tout et que le jeu de rôle n’existe que par la collaboration de toute la table.

Voici un exemple de présentation de la X-Card par un.e MJ : « Vous avez choisi ma table et cela m’emplit de joie. J’ai cependant aussi un peu peur des idées horribles qui peuvent sommeiller en nous, raison pour laquelle je mets sur cette table cet objet [le·la MJ présente au groupe la superbe X-Card récupérée à l’accueil d’Orc’idée]. Si vous proposez quelque chose qui me met mal à l’aise, je désignerai la carte comme joker pour annuler votre proposition. Vous pouvez bien entendu faire de même si mes paroles ou celles des autres vous posent problème. Attention cependant, la X-Card ne sert pas à changer le scénario génial que je vous ai préparé, mais à l’adapter légèrement pour éviter les éventuelles thématiques gênantes. J’espère que cet outil ne servira pas, mais si ça devait être le cas, je sais que cela ne nous empêchera pas de passer un excellent moment. »

Nota Bene

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Proto sur le stand de Don’t Panic Games

Vampire : La Mascarade – Héritage est un jeu évolutif d’intrigues immortelles avec une campagne aux proportions épiques.

Dans Vampire : La Mascarade – Héritage, vous jouez le rôle d’un Ancien vampire. Vous façonnerez 700 ans d’Histoire vampirique et humaine à la poursuite d’antiques secrets, tout en vous efforçant d’échapper à l’inquisition et de sauver ce qui vous reste d’humanité.

Héritage est un jeu évolutif. Durant chaque partie, les joueurs rassemblent des personnages issus d’un réservoir commun à leur lignée. Ces personnages influent sur les différents « champs de bataille » vampiriques et vous aident à accomplir des missions situées dans un cadre historique. Par exemple, un guerrier issu de la noblesse peut soutenir Jeanne d’Arc lors du siège d’Orléans, tout en venant peser sur l’équilibre des luttes intestines vampiriques pour le pouvoir, ou bien même en attirant l’encombrante attention de l’inquisition ! En plus de rajouter des personnages à leur lignée de sang, les joueurs peuvent aussi utiliser les cartes d’intrigue particulières au clan qu’ils ont choisi d’incarner – allant jusqu’à changer les règles pour correspondre au style de jeu des personnages de chaque clan.

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Feed Ze Troll au Trolls & Légendes pour deux jours seulement

« La vie d’un Troll est passionnante, elle se résume deux choses : Manger et Piller. Du coup, j’adore visiter les grottes de mes voisins pour me servir dans leur garde-manger !

Bien évidemment, je prends le risque de me faire piller aussi… Sauf que je ne suis pas un Troll né de la dernière pluie et ma caverne est piégée. Gare aux Trolls qui s’y aventureront car 
la seule chose qu’ils risquent de se manger, c’est un bon coup de massue ! »

Pillez les cavernes de vos adversaires en évitant de prendre le coup de massue qui vous
fera perdre tout votre butin. Pour vous aider: Observez, écoutez et analysez ce que font 
vos adversaires … à moins qu’ils ne vous bluffent!

Un jeu de Jonathan Favre-Godal et Julien Seisson
Illustré par Régis Torres
2-4 joueurs, 30 minutes
7 ans et plus

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Animations sur le stand Don’t Panic Games et Cosmic Games!

Attaque des Titans

Le jeu de plateau Attack on Titan : Le Dernier Rempart est basé sur la célèbre série animée japonaise l’Attaque des Titans. Dans ce jeu asymétrique pour 2 à 5 joueurs, l’un des joueurs endosse le rôle d’un redoutable Titan tandis que les autres incarnent les courageux Héros, protecteurs de la dernière ville sur Terre !

Il sera présente en version géante avec un titan de plus d’ 1m80 !

Champions de Midgard

Dans Champions de Midgard, vous incarnez un Chef viking à la recherche de Gloire pour son clan afin de prendre la place tant convoitée de l’ancien Jarl. Triomphez des Trolls pour garder les citoyens à vos côtés. Terrassez les Draugar pour amasser de l’or afin de financer vos expéditions. Traquez les Monstres dans leur repaire pour acquérir de la Gloire et la Faveur des Dieux. En triomphant de ces créatures mythiques vous mériterez le titre de nouveau Jarlet vous serez sacré Champion de Midgard !

7 Ronin

7 Ronin est un jeu asymétrique pour deux joueurs. L’un d’eux, l’Attaquant, incarnera le leader d’un clan de ninjas tentant de piller les réserves de nourriture d’un village. Le second, le Défenseur, prendra la tête d’un groupe de sept ronin qui feront leur possible pour protéger le village. Votre rôle sera de déployer vos forces stratégiquement afin d’attaquer l’adversaire là où il s’y attend le moins. Pour l’emporter, vous devrez utiliser les capacités des ronin ou occuper des zones clés du village et anticiper les actions de votre adversaire. Chaque camp doit se dépêcher : bien que les défenseurs s’affaiblissent de tour en tour, les attaquants doivent se retirer avant que la neige ne recouvre les montagnes et ne les empêche de retourner à leur forteresse !

Dungeonology

Dans le jeu de figurine Dungeonology, les héros devront explorer de nouveaux horizons et découvrir leurs habitants afin de présenter leur thèse et devenir le professeur en titre de cette matière des plus inhabituelles.

Dans ce jeu atypique d’exploration de donjons, l’objectif n’est pas de libérer les lieux de hordes furieuses de monstres terrifiants ni d’amasser des tas gigantesques de trésors et d’objets magiques. Non, au contraire, le rôle des aventuriers sera d’étudier les habitudes des monstres, prendre des notes et savoir se montrer discret.

Tsukuyumi

Un rift profond s’étend de l’Asie à l’Amérique du Nord en passant par l’Europe. La Lune, guidée par un dieu puissant, a creusé son chemin et gît désormais au cœur de feu l’océan pacifique. Ce Dieu c’est Tsukuyumi, le Dragon blanc, prisonnier de la Lune pour avoir tué l’un des siens.

Tsukuyumi est un jeu de figurine stratégique, asymétrique, avec une grande profondeur de jeu et une histoire riche grâce à ses factions complétements différentes.

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Yannick Hennebo, présent à l’exposition et au concours du Troll d’Or 2019

Sculpteur de figurines passionné depuis plus de 10 ans, Yannick Hennebo a récemment ajouté la sculpture digitale à son panel de propositions. Ses clients comptent la plupart des éditeurs de jeux, studio Mc Vey, Coolminiornot, Mierce miniatures, Monolith, Dust, Mythic games et bien d’autres.

Récompensé en 2017, au festival Trolls & Légendes, dans la catégorie jeux, il a pu contribuer à la réalisation des plus belles figurines de la profession. Ses pièces parlent d’elles-mêmes. Ses pièces seront visibles dans la partie exposition et il sera dans le jury du concours de peinture et de sculpture de figurines.

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Le Grimoire au Trolls 2019

Le Grimoire est cette année encore au rendez-vous TROLLS & LEGENDES avec Le jeu de rôle Le Donjon de Naheulbeuk et ses suppléments (dont le premier le livre dont vous êtes le Héros la Geste de Gurdil), mais aussi Manga BoyZ le jeu de rôle post apo et côté littérature, vous propose la nouvelle anthologie Revenir de l’Avenir et le roman ayant remporté le Prix Mille saisons 2018 intitulé Eternel-22. 

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire