Charte durant les parties de Jeu de rôle à Trolls & Légendes

Charte Respect & Tolérance

Nous avons reproduit, avec leur accord, la charte qui est en cours lors de la convention suisse Orc’Idée. Nous les remercions donc ici pour leur gentillesse à notre égard. Sachez aussi que la présidente d’Orc’Idée nous fait la joie d’être parmi nous. Si vous avez envie de débattre aimablement sur le sujet n’hésitez pas à nous rencontrer durant le salon.

Le Festival et sa convention de jeux est ouverte à tou·te·s sans distinction de genre, de nationalité, d’orientation sexuelle, de croyance et de planète d’origine. Elle encourage la pratique du jeu dans un environnement respectueux des sensibilités de chacun·e. Et pour garantir cet environnement respectueux, voici quelques points que l’organisation tient à mettre en avant :

Conseils aux MJs

  • La convention est ouverte à tous, homme, femme, non-alignés ; chrétiens, athées, jedis ; humains, orcs, elfes ; etc. (On en oublie mais vous ferez mieux que nous.)  Prévoyez donc vos prétirés en conséquence.
  • Si certaines thématiques de votre scénario et/ou de votre jeu peuvent ne pas convenir à tou·te·s, pensez à le signaler dans le descriptif de votre partie. Cela permettra aux joueur·se·s de faire leur choix en connaissance de cause.
  • N’hésitez pas à commencer votre partie par un tour de table pour identifier les sujets sensibles.
  • Proposez l’utilisation d’une X-Card ou de tout autre outil de sécurité émotionnelle pendant la partie. (Plus d’infos sur la X-Card [voir plus bas])
  • Certains univers supposent par leur background une certaine tolérance pour les propos racistes ou sexistes. De plus, certains joueur·se·s peuvent désirer créer des personnages racistes, sexistes, violents verbalement, etc. Cela n’est pas un problème, évidemment. Mais n’ayez pas peur de fixer une limite au début de la partie si cela s’avère nécessaire. Ce sont les personnages qui sont racistes/sexistes, et ces comportements ne sont tolérés que pour eux. Jouer à un jeu où la société déprécie les femmes/les noirs/les klingons n’est pas une raison pour les déprécier en dehors du récit.

Conseils à tout le monde

  • L’humour est personnel. Ce que vous trouvez drôle peut heurter les sentiments d’un·e autre joueur·se. Faites preuve de sensibilité. Nous sommes là pour rire ensemble et non pas aux dépends d’un·e seul·e.
  • La convention peut sembler le lieu idéal pour faire des rencontres. Pas de problème, évidemment. Mais rappelez-vous que la drague se pratique à deux. Non=non. Il n’y a que dans les films qu’un non=peut-être.

Et si ça dérape quand même ?

  • Vous êtes victime d’un comportement inapproprié ? Parlez-en directement à la personne concernée ! Souvent, il est difficile de se rendre compte de la portée de ses actes et paroles.
  • En discuter avec la personne concernée ne suffit pas, ou vous n’êtes pas certain·e d’être en état de le faire? Cherchez un·e médiateur·rice. Les autres participant·e·s (MJ ou pas) peuvent le faire et, surtout, les orgas sous le D20 est là pour ça.
  • Vous êtes témoin d’un comportement inapproprié ? Ne restez pas les bras croisés et interrompez l’échange ! Il est possible que les deux parties soient consentantes (ça arrive avec les gens qui se donnent à fond dans le roleplay, et dans ce cas vous pourrez toujours prétendre être vous aussi à fond dans votre rôle de Paladin) mais il est également possible que vous veniez ainsi au secours de la victime et que sa reconnaissance vous apporte un bonus de chance pour vos prochains jets. Si vous n’osez pas intervenir, vous pouvez aussi contacter les bénévoles du salon en tant que témoin.

X-Card

Qu’est-ce que c’est ?

La X-Card est un outil créé par John Stavropoulos pour permettre à un·e participant·e au jeu d’enlever un élément qui lui pose problème. Cet outil est un joker pour le cas où l’improvisation inhérente au jeu de rôle emmènerait la partie dans une direction mettant mal à l’aise un·e joueur·se (puisque le but reste toujours que tout le monde se fasse plaisir d’un bout à l’autre de la partie).

Comment ça marche ?

Les raisons d’employer la X-Card sont multiples et toujours bonnes. Voici quelques exemples :

  • Les parents de Pierre sont fraîchement séparés suite à une aventure extra-conjugale peu discrète. Lorsque le·la MJ annonce qu’un PNJ est surpris en flagrant délit d’adultère, cela rappelle à Pierre sa situation familiale délicate. Il brandit la X-Card pour ne pas cesser de s’amuser.
  • La soeur de Fatima vient de faire son coming-out. En début de partie, un·e joueur·euse annonce qu’il·elle compte faire de son personnage une caricature d’homophobe intolérant, mais Fatima saisit la X-Card car elle ne se sent pas prête à rire de cela.
  • Xurgl est pathologiquement arachnophobe. Quand le groupe de PJs entre dans une cave infestée d’araignées géantes et que la·le MJ présente à la table une illustration plus vraie que nature des créatures en question, Xurgl pose sa tentacule sur la X-Card pour s’éviter une crise d’hyperventilation.

À noter que si nos exemples vous offrent un contexte, cela ne signifie aucunement qu’il est nécessaire de justifier l’utilisation de la X-Card. Vous pouvez le faire, mais vous pouvez aussi simplement dire « ne parlons pas de [ce sujet] » en invoquant la X-Card et compter sur le savoir-vivre du reste de la table pour passer à autre chose.

Est-ce bien nécessaire ?

Sans aucun doute, et ce même si la X-Card passera toute la partie sur la table sans servir. Sa seule présence est un rappel que nous sommes entre êtres civilisés et pouvons compter sur la compréhension des autres, et ce quel que soit le nombre d’appendices de nos partenaires de jeu.

Notons de plus que la X-Card est particulièrement utile en convention, car on va se retrouver à jouer avec des inconnu·e·s et que des problèmes qui ne surviennent pas avec notre équipe habituelle peuvent se manifester. Prenons pour cela l’exemple d’Alex qui boîte et a de méchants flashbacks suite à un accident de la route. Sa table habituelle, ayant joué une partie de la campagne dans sa chambre d’hôpital, le sait et ne parle tacitement jamais de tels accidents. Mais si Alex s’inscrit à une partie à Trolls & Légendes avec des inconnu.e.s, les joueur·se·s et le·la MJ ne peuvent pas le savoir et la X-Card servira peut-être à Alex.

Comment l’introduire à la table ?

Il est recommandé aux MJs de présenter la X-Card en début de partie. Si le·la MJ ne le fait pas et qu’un·e joueur·se propose de l’utiliser, cela ne change ni l’utilité ni l’utilisation de la X-Card et prouve simplement que les MJs ne peuvent pas toujours penser à tout et que le jeu de rôle n’existe que par la collaboration de toute la table.

Voici un exemple de présentation de la X-Card par un.e MJ : « Vous avez choisi ma table et cela m’emplit de joie. J’ai cependant aussi un peu peur des idées horribles qui peuvent sommeiller en nous, raison pour laquelle je mets sur cette table cet objet [le·la MJ présente au groupe la superbe X-Card récupérée à l’accueil d’Orc’idée]. Si vous proposez quelque chose qui me met mal à l’aise, je désignerai la carte comme joker pour annuler votre proposition. Vous pouvez bien entendu faire de même si mes paroles ou celles des autres vous posent problème. Attention cependant, la X-Card ne sert pas à changer le scénario génial que je vous ai préparé, mais à l’adapter légèrement pour éviter les éventuelles thématiques gênantes. J’espère que cet outil ne servira pas, mais si ça devait être le cas, je sais que cela ne nous empêchera pas de passer un excellent moment. »

Nota Bene

Publicités

A propos jolanlefantastique

Une première participation à l'organisation d'une convention de jdr en 1985 me donne le virus de l'événementiel. Ensuite, il y a eu l'ASBL les Marches de 1992 à 2000 (des GN, des animations, les bals des vampires au BIFF, les fêtes interplaines du Brabant Wallon) et aussi deux conventions "Rock & Rôles" avec déjà du jdr, des tournois qui se terminaient par des concerts (en 1999 à Court-Saint-Etienne et en 2000 à Wavre). Je rejoins l'équipe de l'ASBL Anthêsis (lefantastique.net) en 2003 (comme chroniqueur de jeux) et une première animation jeux lors de notre premier "Pavillon des Trolls" en 2004 (devenu le Castel des Trolls en 2012). Puis en 2005, à Mons au premier Trolls et Légendes. Et enfin la première fantastique.convention des jeux (fancon) à Bruxelles (en 2006). En 2010, la fancon intègre un salon: "le Festival en Jeux", il se déroule toutes les années paires en alternance avec le Festival Trolls et Légendes. Le Festival en Jeux est en repos depuis 2016, il n'est pas dit qu'il ne va pas aller mieux plus tard. En attendant la fan.con continue son chemin lors du prochain Trolls & Légendes, les 20 et 21 avril 2019...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s