Quelques questions impertinentes à propos d’Essen the Game

Essen the Game (à paraitre chez Geek Attitude Games ) est un jeu complétement dans le ton qui va vous faire vivre de manière humoristique la frénésie d’achat de certains visiteurs à Essen la grand-messe du jeu ! Bon on me souffle que ce serait le cas pour tous les visiteurs… 

Pourriez-vous en quelques mots me dire comment un thème aussi évident vous est venu ? Et pourquoi jamais personne n’a envisagé ce projet avant vous ? Est-ce que c’est un effet de la touche surréaliste belge que le monde nous envie ?

essen the gameEtienne Espreman : c’est Fred qui, lors d’un weekend-jeu qu’il organise depuis des années, m’a parlé de ce projet. J’ai trouvé son idée tellement bizarre (et à la fois si évidente) qu’elle m’a plu. On a cogité là-dessus sur le trajet du retour, et, dans la semaine, on mettait en forme nos premières idées… qui n’avaient pas grand-chose à voir avec le jeu actuel, si ce n’est le thème.

Frédéric Delporte: l’idée m’est tombée dessus à Essen il y a quelques années. J’étais avec des amis et comme d’habitude on achetait plein de nouveautés. Lors d’une pause bien méritée, autour du traditionnel pain saucisse et d’une bonne demie allemande, j’ai lancé l’idée en l’air et la pièce a mis longtemps à retomber au sol. Pendant près d’une demi-heure on s’est mis à imaginer à quoi pourrait bien ressembler notre journée si on la transposait sous forme de jeu. Les premières idées sont parties dans tous les sens mais toujours sous le ton de la rigolade. Et, chaque année, la même idée m’est revenue lors de mes salons successifs. Finalement c’est en mai 2013, quand j’ai parlé de cette idée à Etienne, que le projet a vraiment démarré. Etienne venait de signer son contrat avec Pearl Games pour Bruxelles 1893. Fallait le voir, il était fier comme Artaban, à juste raison d’ailleurs. Je me suis dit : et pourquoi pas moi ? La suite vous la connaissez.

Fabrice Beghin : eh bien moi, je suis le dernier arrivé dans l’histoire et, tenez-vous bien (tenez-vous mieux svp) je n’ai jamais mis les pieds à Essen, donc cette année sera mon premier salon. Ffaut avouer que c’est pas mal comme première ! Sinon, eh bien, je connaissais Fred depuis un bon moment déjà, de Gn en jdr et de w-e jeux de plateau en soirées de fête, et un jour il m’a demandé si ça m’intéresserait de rejoindre son projet car mes compétences s’avèreraient utiles… Comment un gamer pourrait refuser un si beau projet ?!

Il y a dans les explications sur le kickstarter une mention comme quoi le jeu serait traduit en belge pourriez-vous éclaircir notre lanterne ?

Etienne : en fait, dans la version belge, le titre changera. Ce sera « Essen the Game, une fois ! »

Fred : Un GAG entre nous, on a le sens de l’humour chez Geek Attitude Games. Sérieusement, nous sommes tous les trois belges et nous n’avons pas peur d’afficher la belg’attitude que le monde entier nous envie. En voyant tous ces drapeaux, on s’est dit : pourquoi pas un drapeau belge ?  Ce petit clin d’œil n’est vraiment pas passez inaperçu, aussi étrange que cela puisse paraître.

Fabrice : Je pense que Fred a très bien répondu à la question ! 

Qu’est-ce qui a dirigé votre envie de faire ce jeu à trois? Comment vous êtes-vous rencontrés ?

Etienne : comme je le disais, Fred organise un weekend-jeu deux fois par an dans les Ardennes, weekend que je fréquente immanquablement depuis plusieurs années maintenant. Au fil du temps, nous nous sommes rapprochés, ludiquement bien sûr… J’ai rencontré Fabrice (alias Beatnik) via Fred et l’ai tout de suite trouvé sympa. Pas très futé, mais sympa ! 😉

Fred : les hasards de la vie. Nous voilà mariés, ludiquement parlant, au travers de notre toute jeune maison d’édition. Longue vie à Geek Attitude Games.

Fabrice : comme je l’ai dit plus haut, Fred je le connais depuis des années via notre groupe de rôlistes acharnés, et puis il m’a présenté Etienne… j’ai d’abord pensé « ch’est quoi ch’baraki ?» (ben oui, je suis tournaisien, des fois je pense en patois), et puis, bon, on s’y fait ! 😉 Plus sérieusement, il se trouve que nous sommes assez complémentaires, et c’est une véritable force pour mener à bien ce genre de projet (l’union fait la force, ça serait pas un truc belge aussi ça ?), le rôle de chacun s’impose naturellement de par nos compétences propres.

De plus, vous avez créé une société pour l’édition de ce jeu (Geek Attitude Games), est-ce à dire que vous allez en faire d’autres ? Il est déjà question d’un Essen’2014 ce que vous venez de commettre ne vous convient plus ? Pourquoi ne vous êtes-vous pas adressé à un éditeur établi? Votre jeu ne plaisait à personne ? Vous ne vouliez pas partager la galette avec les autres ?

Etienne : oui, pour ce jeu, il fallait absolument rester neutre vis-à-vis de tous les éditeurs qui y sont présents. En outre, lorsque nous avons obtenu tous les accords d’exploitation de leurs logos (chose que, j’avoue, je trouvais peu certaine), nous étions si heureux qu’on a eu envie de continuer l’aventure jusqu’au bout. Et puis, certains nous ont dit que la tâche était ardue et que « être éditeur » était un métier. Et ils avaient raison. C’est pourquoi je voulais le faire. A 45 ans, il était temps que j’apprenne un métier, non ?

Fred : Plein d’autres jeux j’espère. Si une version 2014 voit le jour, nous ne nous contenterons pas de changer les images. Déjà de (très) bonnes idées en cours de maturation dans ma tête dont notamment l’introduction d’une zone de discount qui permettra de jouer avec les jeux des années précédentes. Mais gardons les pieds sur terre … pour l’instant on fait notre possible pour produire le 2013. La campagne est en bonne voie mais le succès n’est pas encore garanti à ce jour. Comme Etienne l’a mentionné, le fil conducteur du développement a été la neutralité vis-à-vis de tous les éditeurs présents dans ce jeu. Maintenant quand vous avez 60 éditeurs dans un jeu, auquel s’adresser pour une édition ? De fil en aiguille, la création de notre société s’est imposée d’elle-même. Partager la galette ? Si on devenait riche en éditant des jeux ça se saurait. Notre objectif est d’éditer ESSEN The Game et de nous rembourser. Après je ne suis pas sûr qu’il y aura une fève dans la galette. Mais je vous invite à pledger notre Kickstarter!   

Fabrice : bien sûr qu’on va en commettre un maximum ! Il est clair que la nécessité d’autoproduire celui-ci s’est directement imposée, et qu’il fallait donc créer l’infrastructure adéquate, mais je pense que c’était aussi une bonne excuse pour se lancer ; nous sommes tous les trois passionnés de jeux depuis longtemps, et si un jour nous pouvons vivre de cette passion…

Je lis que le jeu ne sera pas édité en dehors du Kickstarter , que l’on ne le trouvera même pas en boutique spécialisé. Est-ce que vous réalisez que vous allez produire un objet culte qui sera vendu dans quelques mois sur ebay à des montants astronomiques ?

Etienne : je ne sais pas si ce sera le cas ou pas. L’important c’est que les acheteurs le pensent ! J Non, sérieusement, si nous avons décidé de ne pas le faire distribuer, c’est tout simplement parce que ce n’est pas un jeu « distribuable ». En effet, à peine mis sur le marché, il sera obsolète puisque le Spiel change tous les ans. Pour reprendre une image d’actualité, c’est un peu comme si vous vouliez vendre le même cahier Panini d’année en année. Ca ne fonctionnerait pas. Mais je le répète : notre volonté n’était pas de vouloir faire un « collector ». Aujourd’hui, effectivement, certaines personnes commencent à en parler comme tel sur les différents forums. C’est marrant, d’ailleurs, parce que, dans le fond, « ESSEN The Game » n’existe pas encore vraiment.

Fred : le temps nous le dira. En tout cas, pour l’instant il n’en existe que 12 exemplaires donc c’est un vrai Collector. Si un jour sa « cote » venait à monter sur des sites d’enchères, nous n’en tirerions aucun bénéfice, donc ce n’est pas un objectif en soi. Personnellement j’espère qu’on en produira un maximum sur ce tirage unique afin de pouvoir y mettre tout le matériel de jeu que nous avons imaginé : coffre en 3D, figurines pour remplacer les pions joueurs et foule. Je garde la suite encore un peu secret.

Fabrice : évidemment, que notre jeu devienne « culte » serait une grande satisfaction ! Qui ne s’en réjouirait pas ? Mais ce n’est vraiment pas à cela que l’on pense lors du développement, nous avons juste tenté d’être cohérent ; comme le dit Etienne, ce jeu est trop lié à l’actualité du salon que pour perdurer… Par contre, si la possibilité d’en éditer une nouvelle version chaque année pouvait s’avérer réalisable, ça me plairait beaucoup de penser que notre jeu devienne un « mémorandum » du salon, pouvoir ressortir celui des années précédentes et se dire « ah ouais, tu te souviens, c’est cette année-là que tel ou tel jeu et sorti, ça me rappelle aussi que… » Mais nous n’avons malheureusement aucune prise sur ce qu’il en adviendra.

lien vers le KS

 

 

Publicités

A propos jolanlefantastique

Une première participation à l'organisation d'une convention de jdr en 1985 me donne le virus de l'événementiel. Ensuite, il y a eu l'ASBL les Marches de 1992 à 2000 (des GN, des animations, les bals des vampires au BIFF, les fêtes interplaines du Brabant Wallon) et aussi deux conventions "Rock & Rôles" avec déjà du jdr, des tournois qui se terminaient par des concerts (en 1999 à Court-Saint-Etienne et en 2000 à Wavre). Je rejoins l'équipe de l'ASBL Anthêsis (lefantastique.net) en 2003 (comme chroniqueur de jeux) et une première animation jeux lors de notre premier "Pavillon des Trolls" en 2004 (devenu le Castel des Trolls en 2012). Puis en 2005, à Mons au premier Trolls et Légendes. Et enfin la première fantastique.convention des jeux (fancon) à Bruxelles (en 2006). En 2010, la fancon intègre un salon: "le Festival en Jeux", il se déroule toutes les années paires en alternance avec le Festival Trolls et Légendes.
Cet article, publié dans éditeurs, publicité, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s